1946 : L’eniac

1946

Précédent | 5/31 | Suivant

L’ENIAC est le premier ordinateur entièrement électronique construit pour être Turing-complet. Il peut être reprogrammé pour résoudre, en principe, tous les problèmes calculatoires.

Mais c’est une machine qui ne travaille pas en binaire mais avec un système décimal. Trop compliqué, trop lié à la façon dont les humains calculent, cette méthode sera rapidement abandonnée pour le calcul binaire, plus robuste.

Physiquement l’ENIAC est une grosse machine, il contient 17 468 tubes à vide, 7 200 diodes à cristal, 1 500 relais, 70 000 résistances, 10 000 condensateurs et environ 5 millions de soudures faites à la main3. Son poids est de 30 t pour des dimensions de 2,4 × 0,9 × 30,5 m occupant une surface de 167 m2 (1 800 pieds carrés). Sa consommation est de 150 kW.

L’ENIAC utilise un compteur à anneaux à 10 positions pour enregistrer les chiffres. L’arithmétique est réalisée en comptant les pulsations avec les anneaux et en générant des pulsations lorsque le compteur fait un tour. L’idée revient en fait à émuler par l’électronique les systèmes de roue à chiffres de machines mécaniques.

Sa capacité est de 20 nombres à 10 chiffres signés permettant chacun de réaliser 5 000 additions simples chaque seconde (pour un total de 100 000 additions par seconde). Il ne peut en revanche gérer que 357 multiplications ou 38 divisions par seconde.

Il utilise des tubes à vide à 8 broches, les accumulateurs décimaux sont réalisés avec des flip-flops 6SN7, alors que les fonctions logiques utilisent des 6L7, 6SJ7, 6SA7 et 6AC7. De nombreux 6L6 et 6V6 servent de relais pour acheminer les pulsations entre les différents racks d’éléments.