Enjeux de l’avenir du net

Précédent | 2/2

Neutralité du réseau

Depuis le petit serveur web installé au CERN par Berner-Lee, l’infrastructure du réseau mondial s’est étendue. Les serveurs sont non seulement plus nombreux et plus rapides, mais ils se sont dotés d’outils de contrôle, pour faire face aux intrusions notamment. Les technologies de contrôle de l’information échangée entre serveurs et routeurs rendent aujourd’hui possible le contrôle de chaque paquet échangé. En plus de l’espionnage et du piratage, l’accès au réseau peut en dernier recours être coupé par des états en cas de menace. La Chine, et dernièrement l’Egypte et la Libye par exemple, ont coupé l’accès au net pour empêcher l’échange d’information et l’organisation de ses opposants politiques.

D’autres cas concrets : En 2007, Neuf Cegetel a bloqué l’accès au site de vidéos Dailymotion lors de négociations commerciales. L’opérateur néerlandais UPC a annoncé en septembre 2009 qu’il restreindrait d’un tiers la bande passante de ses abonnés accédant à des services intensifs en bande passante entre midi et minuit.

Le contrôle de l’Internet est un enjeu majeur. Les pays opposés à la politique américaine voient d’un mauvais oeil une invention américaine s’implanter en l’absence de contrôle sur la circulation des données. Le désir de soumettre le réseau à des contrôles renforcés, principalement sur les fameux "paquets" revient régulièrement. La Chine est actuellement le pays appliquant le contrôle le plus fort sur le réseau. Elle a développé des outils et des méthodes de contrôle, aussi bien sur l’accès aux sites web que le reste des informations transitant sur le réseau. Ces compétences lui sont enviées par les autres pays et la Chine vent aujourd’hui son expertise à d’autres pays...
On trouve sur le net des militants de la neutralité du réseau. Pour eux, le réseau doit rester un infrastructure neutre, comme l’est un réseau électrique ou d’eau. Aucun contrôle sur ce qui y transite ne doit être permis sous peine de la perte de cette neutralité, qui sera une dérive politique.

La neutralité du Net, dans sa définition, exclut toute discrimination à l’égard de la source, de la destination ou du contenu de l’information transmise sur le réseau. Elle assure que les flux d’information ne sont ni bloqués, ni dégradés, ni favorisés par les opérateurs de télécommunications, permettant ainsi aux utilisateurs d’utiliser librement l’architecture communicationnelle.

On distingue l’architecture physique (le réseau cablé ou sans fil) de l’architecture "logique", c’est à dire les protocoles utilisés (TCP/IP et HTTP par exemple)

Alors que, historiquement, l’architecture physique était la propriété d’opérateurs privés ou d’entreprises publiques, pour la plupart en situation de monopole (jusque dans les années 1970-1980), l’architecture logique a toujours été ouverte et non-propriétaire, c’est-à-dire accessible à tous. C’est ce qui permet de faire d’internet un réseau capable d’accueillir une grande variété d’usages, sans qu’aucune autorité centralisée ne puisse privilégier une utilisation spécifique du réseau. Ainsi, de nouveaux services et applications peuvent être distribués librement, contribuant à la formation d’un écosystème d’innovation bénéficiant à l’ensemble de la société.

Voir le texte de Tim Wu sur le sujet

Html 5 et les balises vidéo et son

Flash, une technologie propriétaire, développée par Macromédia et rachetée à grand frais par Adobe, a fait les beaux jours du développement du web 2.0. La vidéo de Youtube a été permise par le plugin, qui a su surmonter les conflits de codec entre mac et PC.
La balise vidéo, proposée par html 5, propose de surmonter ce problème, et la balise audio se propose de faire la même chose du côté du son.

De manière générale, remplacer flash par des normes ouvertes, comme le javascript, est un enjeu pour l’avenir du web. Plus d’information ici.

La balise <canvas> a été intégrée à HTML5 dans le but de proposer une alternative à flash. Elle est programmable en javascript et permet de manipuler des formes vectorielles, matricielles, la vidéo, d’intéragir avec la souris et le clavier.

Voici un exemple fonctionnel de balise canvas avec deux rectangles vectoriels et partiellement transparents :

Affichage d’un texte pour les navigateurs qui ne supportent pas canvas.

Services web 2.0 et propriété intellectuelle

Le net après 2005 a pris son envol aussi bien en nombre de foyers connectés que de services proposés au public. Le Web 2.0, concept clinquant, va se bâtir sur un nombre de plus en plus réduit de startups cotées en bourse. Aujourd’hui, nombre d’entre nous offre des heures de travail non rémunéré à des services comme google, facebook, yahoo, aussi bien en consommant leurs services qu’en les nourrissant de nos contenus privés, dont ils deviennent légalement les propriétaires en contrepartie d’un infrastructure de partage. Comment réguler le désir de puissance de ces sociétés construites dans une chambre d’étudiant et qui occupent entretemps des sièges sur tous les continents ? Les derniers événements politiques en Afrique du Nord et au Proche-Orient leur donne de plus une légitimité démocratique, qui contraste un peu avec leur désir d’hégémonie et leurs stratégies commerciales plutôt accommodantes avec les pouvoirs politiques. Plus que jamais, une vigilance sur la propriété intellectuelle des usagers, plutôt que celle de ces multinationales, est de mise.