Le World Wide Web en dates

Quelques dates, histoire d’avoir un aperçu de l’évolution du World Wide Web, appelé communément et abusivement "Internet".

Attention, certaines dates sont discutables, l’histoire des techniques, comme celle avec un grand H, comporte des zones d’incertitudes.

1987 : le GIF

Le format de compression d’image GIF a été mis au point par CompuServe en 1987 pour permettre le téléchargement d’images en couleur. Ce format utilise l’algorithme de compression sans perte LZW et un système de réduction de couleur : chaque image possède une palette de maximum 256 couleurs. Il permet aussi une transparence d’index, ce qui signifie qu’une des couleurs de la palette (ou plusieurs) peuvent être transparente.
En 1989, le format GIF a été étendu (format GIF89a au lieu de GIF87a) pour permettre le stockage de plusieurs images dans un fichier. Le GIF animé est né.
Attention, a cette date le web n’existe pas encore. Le GIF est alors utilisé pour communiquer des images par le réseau et pas par le biais de pages web. Le navigateur web NCSA Mosaic, le premier à permettre l’affichage d’images, n’apparaitra qu’en 1993.

1990 : le World Wide Web

Le World Wide Web n’est pas l’internet, mais un de ses usages.
Tim Berners-Lee propose avec son collègue Robert Cailliau les services du premier serveur web de l’histoire en faisant la refonte d’une idée préexistante, l’hypertexte et SGML, dans une grammaire simplifiée. Le but initial est d’améliorer la diffusion des informations internes au CERN. Le langage de description html (HyperText Markup Langage) est créé et disponible gratuitement en 1991. Berners-Lee et Caillau vous communiquer leur invention à grand renfort d’enthousiasme dans un premier temps pour faire démarrer le Web. La première page web "conservée" date du 13 novembre 1990 (on peut la voir ici). Berners-Lee crée aussi le premier navigateur Web, qui est aussi un éditeur web, en 1991 utilisé sur son premier serveur web. Le même outil sert à créer et consulter les pages, ce qui est assez symptomatique du projet. Après avoir été utilisé en interne, il est diffusé dans la communauté universitaire via les newsgroups.

Le html est un langage basé sur une norme communiquée par ses auteurs (le W3C sera créé à cette fin). Les logiciels qui produisent des pages web sont indépendants de ceux qui permettent de les lire. Ceci garantit l’interopérabilité.

L’autre innovation permettant un usage facile du web est le Domain Name Serveur (DNS), un système permettant d’écrire des adresses « naturelles ». L’idée est de permettre à l’utilisateur d’appeller les serveurs par des noms plutôt que par leur IP (genre 213.5.76.23), ce qui rend plus facile et agréable la mémorisation. 13 « serveurs racine » permettent de gérer ces noms de domaines et de les mettre en relation avec les adresses IP, et des milliers d’autres serveurs clônent les fichiers de noms de domaine.

1993 : NCSA Mosaïc

Ce navigateur web rend plus agréable la consultation de pages web. Il remplace rapidement le logiciel développé par Berners-Lee.

1994 : Netscape Navigator et W3C

Netscape Communications Corporation est fondée avec une bonne partie de l’équipe de développement de NCSA Mosaic. Netscape Navigator sort fin 1994 et sera distribué gratuitement. Il va détrôner Mosaic très rapidement.

Le W3C est créé en octobre 1994 Par Berners-Lee qui a quitté le CERN pour le MIT. Il a été fondé au MIT/LCS avec le soutien de l’organisme de défense américain DARPA et de la Commission européenne, ce qui indique que le web est pris au sérieux dès ses débuts.
Cet organisme de petite taille (65 personnes actuellement) coordonne des groupes de travail décentralisés (Europe, Etats-unis, Japon, etc.) sur les normes utilisées du World Wide Web, comme HTML, CSS, XML, XSLT, etc. Le W3C n’est pas une "police du code", il émet des recommandations.

1995 : Javascript

Le langage a été créé en 1995 par Brendan Eich pour le compte de la Netscape Communications Corporation. Il sera opérationnel avec Netscape Navigator 2.0. Du coup, Internet Explorer propose JScript, qu’il inclut ensuite dans Internet Explorer 3.0. Javascript sera proposé à la standardisation par Netscape et devient en 1997 le standard ECMA-262. Les différents navigateurs s’appuient donc depuis sur une même norme, mais ça ne simplifie par pour autant le travail.

1995 : Yahoo ! est créé

David Filo et Jerry Yang crée à l’université Stanford en janvier 1994 le projet Yahoo !. Hébergé sur les serveurs de Stanford, il sature le réseau de l’université et il leur est demandé de déménager l’année suivante. Yahoo ! est à la base un annuaire web, mais proposera vite des adresses mail, un portail, un moteur de recherche interne.
Yahoo ! entre en bourse le 12 avril 1996, vendant 2,6 millions d’actions à 13 dollars l’unité.

1996 : la guerre des navigateurs

Microsoft ne voit pas dans le net un outil révolutionnaire et pense même en 1995-96 lancer son propre réseau, "concurrent" du World Wide Web, "The Microsoft Network", dont les initiales sont... MSN. Mais devant le succès rencontré par les premières versions de Netscape, le doute s’installe sur la stratégie de Microsoft qui s’était cru incontournable et dominant sur le marché informatique. Des analystes prédisent que Internet et ses services seront dans un avenir proche indépendants des plateformes mac, PC ou Linux. Microsoft décide de prendre le train Internet en marche en achetant la licence d’un navigateur existant (Spyglass Mosaic) et en faire son Internet Explorer 1, sorti en aout 1995. Trois mois plus tard, la version 2 est publié, qui marque le début de la "guerre des navigateurs". Le but est clair : posséder le browser dominant sur le marché, pour pouvoir à travers lui "guider" l’internaute vers les bons services.
La bataille démarre mal pour Microsoft qui ne possède avec son Explorer qu’une part infime des navigateurs. Mais son Operating System est dominant, et Microsoft met sur le bureau de chaque machine installée le raccourci vers Explorer, avec le seul nom "Internet", pour semer la confusion chez les néophytes : son navigateur est le web. A grand renfort de pratiques commerciales douteuses voire illégales (pour lesquelles Microsoft sera condamné), Explorer va conquérir le marché des navigateurs. En 2001, Explorer est le navigateur de plus de 90% du monde connecté. Internet Explorer, sans concurrence, ne va plus évoluer entre 2001 et 2006, années qui vont pourtant voir exploser le nombre d’internautes et de services proposés.
Il faudra attendre l’arriver de Firefox pour voir enfin Microsoft agir et proposer dans la confusion une nouvelle version de son navigateur Internet Explorer 7 et promettre une vraie mise à jour.

Voir l’article Wikipedia sur l’usage des navigateurs

1996 : les Cascading Style Sheets (CSS)

En pleine guerre des navigateurs, la norme CSS voit le jour. CSS1 se définit comme un « mécanisme de feuille de style simple, permettant aux auteurs et aux lecteurs d’attacher des styles (…) au document HTML ». Internet Explorer 3, en1996, intègre une partie de la cinquantaine de propriétés CSS1. Netscape Navigator 4 embraye mollement, et il faudra en fait attendre Internet Explorer 5.0 pour Macintosh, en 2000, pour voir un navigateur supporter complètement (à plus de 99 %) la norme CSS1. CSS2.1 sera rédigée en 2001 mais en 2007, aucun navigateur ne la reconnait complètement. Ce langage a beaucoup souffert de la guerre des navigateurs et des stratégies individuelles des navigateurs web.
CSS3 est actuellement en cours d’implémentation, à différents niveaux.

1998 : le moteur de recherche Google

Lancé comme le veut la mythologie depuis un garage, le moteur de recherche Google répond à ses premières requêtes fin 1997, début 1998. Serguei Brin et Larry Page sont les fondateurs de la société financée tout de même à un million de dollars.

1999 : Napster

Napster est un petit logiciel sans grande prétention permettant de partager des fichiers musicaux principalement au format mp3. Le projet est lancé par Shawn Fanning, John Fanning et Sean Parker en juin 1999. Initialement, le service avait été conçu comme un service de partage de fichiers en pair à pair. Le service se spécialise dans le partage de fichiers audios généralement encodés au format MP3. À son apogée, le service Napster avait environ 80 millions d’utilisateurs enregistrés. Les créateurs du logiciel sont attaqués en justice et perdent. Le logiciel dans sa version gratuite et pirate est interdit, ce qui est rendu possible par le fait que Napster centralise dans une base de donnée les listes de fichier de ses membres. Les développeurs ne peuvent donc pas dire ne pas savoir ce qui transite sur leur réseau, car il est centralisé par ces données.
Quelques semaines à peine après la fermeture de Napster, les premiers systèmes de partage peer to peer sans base de donnée centralisée apparaissent et c’est l’histoire des torrents qui commence.

2000 : Explosion de la bulle internet

En mars 2000, explose la bulle spéculative des "valeurs technologiques", appelée "bulle internet" liée à l’informatique et aux télécommunications, qui avait grossi sur les marchés d’actions à la fin des années 1990. Son apogée a eu lieu en mars 2000.

Des millions ont été investi par des capital risque dans des sociétés créées à la va-vite par de jeunes développeurs ou commerciaux, avec l’ambition de prendre la place de leader dans des usages qui n’existe pas encore mais seront « the next big think ». La vente en ligne est encore ridicule, mais les détenteurs de capitaux ne veulent pas rater son démarrage et font entrer en bourse tout ce qui bouge, puis revendent des actions en réalisant des plus-values record.

Le modèle économique du commerce électronique, lié à ce que l’on appelle l’immatériel, est rendu célèbre par Amazon, eBay et AOL des sociétés profitant d’une bulle des capitalisations boursières des jeunes sociétés sans équivalent dans l’histoire, qui finit en krach, phénomène touchant aussi de nombreuses petites sociétés de biotechnologies.

2001 : le monopole d’Internet Explorer

En 2001, Netscape Navigator existe toujours, mais Internet Explorer est désormais l’application monopolistique sur le web. C’est la fin de la guerre des navigateurs, même s’il n’y a pas de date officielle.
La conséquence est immédiate et durable : entre 2001 et 2006, alors que le web devient incontournable dans le quotidien de la majorité des occidentaux, le logiciel Internet Explorer restera à sa version 6, pourtant connu par tous les professionnels du secteur comme buggué, non-conforme et lent. Il faudra attendre l’arrivée de Firefox pour que la peur de perdre ses parts ne fasse évoluer le logiciel.

2003 : la fondation Mozilla

La fondation Mozilla est créée sur les cendres de la société Netscape, qui est dissoute cette même année. Netscape Navigator ayant perdu face à Internet Explorer, Netscape avait débuté en 1998 un projet de développement open-source du navigateur Netscape, espérant l’imposer dans la communauté du libre et bénéficier de son aide pour surmonter son échec cuisant. Le projet Mozilla survivra à la disparition de Netscape, et ses deux plus grands projets seront le navigateur Firefox et le mailer Thunderbird.

2004 : Firefox

Firefox est à l’origine un programme dérivé du logiciel Mozilla, mais reprenant uniquement les fonctions de navigation de celui-ci. Il est le premier navigateur que l’on peut qualifier de "respectueux des standards", puisqu’il a été conçu sur la base de la documentation du W3C.
Accueilli comme un soulagement par les communautés de développeurs, d’intégrateurs et de graphiste, le logiciel va rapidement prendre des parts du "marché" des navigateurs. En quelques années il gagne 20% des utilisateurs, et devient l’argument massue de la critique d’Internet Explorer.
Si la version 7 d’Internet Explorer fait l’objet d’évolution demandées à corps et à cris par les développeurs, on le doit en grande partie à Firefox : effrayé de perdre aussi rapidement la faveur des internautes, Microsoft va soudain produire une version bricolée de son navigateur, corrigeant des bugs et manquements divers, promettant de se mettre aux normes rapidement.