Oeuvre évolutives, quelques références

Nous nous intéresseros ici aux oeuvres dont la forme se modifie durant le temps d’exposition. Nous excluons les performances. les oeuvres comportant des animations par cycle, et les pièces intéractives en processus linéaire.

Précédent | 14/21 | Suivant

L’idée d’une oeuvre qui se modifie lors de son exposition (le mot "exposition" retrouvant son sens de "mise en danger") n’est pas récent. L’electricité, les moteurs, l’électronique puis l’informatique ont permis d’étendre la vie des oeuvres au delà de leur présence en tant qu’objet.

"Tu vois cette chaise, elle te semble immuable, mais en fait, comme tu la vois là, elle pourrit" m’a dit un jour un ami philosophe. En effet, aucun objet n’est immuable, mais on s’intéressera ici aux oeuvres qui ont inclus de manière significative le temps et l’intéraction avec des données extérieures dans leur ontologie.

Croissance

Faire évoluer une forme de vie organiquement, avec destruction et recréation continue
The telegarden, 1995-2004, Ken Goldberg et Joseph Santarromana
Le télégarden est une oeuvre pionnière à plus d’un titre, puisqu’elle utilisait la robotique et internet en 1995.
Après l’obtention d’un login et mot de passe, l’utilisateur de Telegarden pouvait accéder à une console de contrôle lui permettant d’administrer un jardin situé à la University of Southern California. Il était possible via une page web de bouger le bras mobile comportant une caméra et des outils de jardinages et s’occuper de ce "jardin distant".
L’expérience, dans l’univers basse résolution du web des années 90’, était étrange : impossible de savoir si l’action était réelle ou un pur fake. Il s’avère qu’elle était réelle, et plus de 10000 personnes se sont essayé sur les 9 ans d’existence de la pièce au jardinage à distance.

Dégradation

Principe le plus simple, la destruction ou l’autodestruction d’une oeuvre introduit souvent une dimension romantique, la sensation de perte irrémédiable.

Alerting infrastructures de Bruckner-Cohen (2003. Chaque fois que le site web du lieu d’exposition est visité, le marteau pic est déclenché durant quelques secondes, attaquant la structure de l’espace d’exposition (voir plus).

Itération

Hitcounter, Zach Gage, 2008-2010
Une machine à compter, basée sur l’idée ironique que plus une oeuvre est vue, plus elle gagane en valeur. L’itération du nombre de visiteur se double donc virtuellement d’une modification du prix de l’oeuvre (voir plus).

Accumulation

Grower, Sabrina Raaf, 2004

Growth rendering device, David Bowen, 2009
Une machine dessine chaque jour l’ombre d’une plante sur un long papier.
Voir aussi son « fly drawing device » et son « tele-present wind »

Please empty your pockets,Rafael Lozano-Hemmer, 2010
Un dispositif scanne les objets déposés sur un tapis roulant, et en garde l’image accumulée sur le tapis.

Scumak, Roxy Payne, 2001
Auto Sculpture Maker, une machine qui fabrique des sculptures par dépot continu de latex. Des objets informes, produits par une machine clinique.

Non-linéarité

A l’intérieur d’une forme délimitée, le comportement de la pièce est constamment modifié.

Le christ mourant de Antoine Schmitt
Un christ éternellement agonisant sur sa croix, voir l’article ailleurs sur ce site.

Modell 5 de Granular Synthesis, 1994
Sur base d’un film court, le visage en plan serré de la performeuse Akemi Takeya, Modell 5 tire un flux visuel et sonore intense.

Data feed

Une information constamment nouvelle est injectée dans la pièce.

Bit.fall de Julius Popp, 2006
Une métaphore matérialisée du flux incessant de données textuelles d’internet.

Perpetual Storytelling Apparatus, Julius von Bismarck & Benjamin Maus, 2009
Le “Perpetual Storytelling Apparatus” écrit une "histoire" secrète en utilisant des dessin de brevets chargés en ligne.

Newsmap, Markos Weskamp, 2004-2009
Une visualisation de flux de news en temps réel, un outil complet et complexe permettant de multiples filtrages et un accès à tout instant à l’information d’origine.
Modèle du genre, accessible en ligne.