In flat B, Darren Salomon (+ guests), 2009

Tags : musique, collaboratif, video, réseau social, net art

Précédent | 20/23 | Suivant

In B flat ("en si bémol") est une oeuvre collaborative. D’un point de vue purement matériel, c’est une page web contenant 20 vidéos youtube. Chacune de ces vidéos présente une séquence de 1 à 3 minutes environ, jouée comme le nom l’indique, en gamme si bémol, sur une large gamme d’instrument allant du "spoken word" à la console nintendo DS en passant par la trompette et le vibraphone.
Le visiteur a le choix de lancer entre une et 20 vidéos simultanément pour apprécier l’effet combinés des sons. La gamme choisie et les recommandations données par Darren Salomon (ne pas jouer trop fort, éviter les rythmes et mélodies trop marqués, privilégier les nappes sonores) font de "in B flat" une œuvre plutôt mélancolique.

Cette œuvre interactive ne vient pas de nulle part. Stylistiquement, on a affaire à de l’ambient, genre qui a une quarantaine d’années. L’aspect collaboratif renvoie au "jam session" en général, sauf qu’ici elle n’est pas simultanée mais médiée. L’écriture sonore en fait une œuvre d’OuMuPo (Ouvroir de Musique Potentielle, dérivé de l’OuLiPo, expérience littéraire initiée par Queneau) et le média employé la met en rapport avec quelques millions de vidéos sonores existantes sur le net, démos d’instruments et hommages divers qui ont déjà fait le fruit de créations diverses.
Darren Salomon indique d’ailleurs dans le court texte de faq avoir été inspiré par une vidéo de Kutiman, qui a monté des dizaines de vidéo pour en faire un seul morceau (il s’en explique dans cette vidéo).

Darren Salomon, musicien lui-même, a sollicité des interventions à partir de mails ciblés et de son blog, et réalisé les quelques premiers instrumentations de sa pièce collective. Il a ensuite laissé arriver les propositions, la plupart produites par des artistes de bon niveau. Il a enfin sélectionné 20 d’entre elles et a produit la page. Les recommandations étaient :
- Sing or play an instrument, in Bb major. Simple, floating textures work best, with no tempo or groove. Leave lots of silence between phrases.
- Record in a quiet environment, with as little background noise as possible.
- Wait about 5-10 seconds to start playing.
- Total length should be between 1-2 minutes.
- Thick chords or low instruments don’t work very well.
- Record at a low volume to match the other videos.
- You can listen to this mix on headphones while you record.
- After you upload to YouTube, play your video along with the other videos on this page to make sure the volume matches.

La place du spectateur

C’est donc la qualité des interventions qui fait la qualité finale de cette oeuvre assez rudimentaire techniquement. Car elle emploie comme média youtube, le plus banal des services 2.0 pour la vidéo, et la possibilité offerte à tous par ce service de placer ses vidéos dans une page quelconque.
L’internaute, arrivant en fin de parcours dans la production de cette pièce, n’en est pas moins important. Sans lui, pas d’oeuvre, juste une collection de vidéos. Son rôle est quelque part entre le DJ et le chef d’orchestre : il décide de quelles vidéos lancer, dans quel ordre, à quel moment, déterminant ainsi le rendu final du morceau joué. L’expérience est nettement supérieure à bon nombre d’installations intéractives, avec le sentiment d’une réelle personnalisation. Les "nappes" sonores de chaque participant jouent en effet sur des détails improvisés, qui font la saveur et rendent unique toutes les combinaisons.

Net art, toujours fragile

"In B flat" est une oeuvre fragile, une fragilité étrange puisqu’elle repose sur la perrenité de Youtube, et sur la capacité et l’envie pour Darren Salomon de continuer à payer le nom de domaine qui héberge la page. Un jour donc, dans quelques mois ou quelques années, l’un et/ou l’autre s’arretera, et il ne restera de "in B flat" que des versions statiques, enregistrées par quelques amateurs.

Un extrait

La magie des médias 2.0 permet d’en mettre un extrait ici, dont le statut est incertain :