"Mobile broadcast unit", Graffiti Reasearch Lab, 2007

Un chariot à roulette muni d’un projecteur vidéo puissant, une caméra haute qualité, un système d’analyse d’image. Un pointeur laser permet de dessiner sur des façades de buildings des grafittis lumineux dans l’espace public au cours d’événements festifs.

Précédent | 11/23 | Suivant

Le Grafitti Research Lab a été créé en 2006 autour du personnage de Evan Roth. Le projet réunit des personnes intéressées par le graffiti (comme écriture aussi bien que comme phénomène social), la programmation et les hautes technologies, et des considérations politiques autour de l’espace public et la liberté d’expression.

Une de leur création inaugurale est la Mobile Broadcast Unit. Sur un chariot à roulette, se trouvent embarqués un projecteur vidéo puissant, une caméra haute qualité, un système d’analyse d’image et un système de son. Un pointeur laser vient compléter le kit. Des batteries rendent le tout autonome en énergie.

Cet outil permet de dessiner sur des immeubles, la nuit, des grafittis lumineux. La puissance du projecteur permet une taille gigantesque, la mobilité du MBU lui permet un déploiement rapide et d’atteindre digitalement la liberté du graffeur. Grâce au laser, le graffeur digital dessine des mouvement sur les façades, mouvement reconnus par la caméra et reproduits avec un spray virtuel de couleur et forme choisies.

Si le grafitti digital ne dégrade pas les bâtiments qu’il attaque, il peut et est régulièrement considéré comme une atteinte à la propriété privée. Des débats sont donc mouvementés autour de l’engin : proche du mouvement "reclaim the streets", le grafitti Research Lab entend ouvrir le débat sur la liberté d’expression dans l’espace public, dans une époque où les centre-ville se transforment en espace privé, où la publicité s’étale à des échelles jamais vue et imposée aux regards tout en étant inaccessible et inattaquable.

Les interventions orchestrées par le groupe sont liée aussi au mouvement des rave parties et autre flash mob. Inventer de nouvelles manières de créer du lien et de se réjouir en ville est un des enjeux des années 00’, dans un monde de plus en plus globalisé, dans lequel les villes deviennent des mégapoles échappant à l’échelle humaine.

Les plans du Mobile Broadcast Unit sont disponible sur le net, les programmes utilisés partagés. Un des désirs du Grafitti Research Lab est l’émulation et la multiplication d’initiative du même type.

Dans le même ordre d’idée, le plus récent Graffiti Analysis est un outil permettant non seulement d’enregistrer digitalement un grafitti, mais de restituer la séquence de sa création. Le geste est enregistré dans un fichier XML au format "Graffiti Markup Language" (.gml), un format ouvert auquel est déjà associé un programme online ou gratuitement téléchargeable permettant l’enregistrement et un site de dépot, 000000book.com. Le but est évidemment de combiner ce système d’enregistrement avec un système de projection comme le MBU.

Le projet du Grafitti Reasearch Lab est résolument urbain, branché, geek et énergique, mais il est aussi incroyablement cohérent dans son développement, englobant l’open source et la communication multicanal dans sa stratégie.