True/false, en vrac

La question du vrai et du faux, de la représentation et l’incarnation, traverse l’histoire de l’art. C’est aussi une thématique qui a produit quelques oeuvres fameuses.

Précédent | 19/21 | Suivant

FAUX - Le stress des nouveaux médias

Le faux est moteur de thrill, de stress, d’angoisse, quand il est recouvert d’une bonne couche d’ignorance. Les nouveaux médias sont générateurs d’ignorance, puisqu’il se propagent dans les usages courants alors que leur mécanique est largement inconnus.
Lorsque Welles présente l’adaptation de "La guerre des mondes" à la radio en 1938, il produit sur une petite partie de l’audience de la CBS (6 millions d’auditeurs tout de même), prenant l’émission en cours de route, un effet d’effroi. Les deux premiers épisodes sont en effet rédigés sous forme de bulletins d’informations. Dans les années 30’, la radio est un des nouveaux médias, l’extérieur entrant à l’intérieur, et ce qu’elle diffuse peut à peu de frais être considéré comme vrai.
Ce "coup" sera réédité sous différentes formes sur différents supports : on citera le documentaire belge "Bye Bye Belgique", les hoax par mail sur les seringues infectées dans les sièges de cinéma.
Ces actions visent un impact fort, généralement a des fins soit d’autopromotion, soit de "réveil des consciences", soit par potacherie. Les hoax sont une catégorie un peu à part, car on ne perçoit pas très bien le gain, si ce n’est une fascination pour l’écart entre facilité du geste et sa portée.

TRUE - La littéralité conceptuelle

L’art conceptuel a généré un art de l’attitude, un style conceptuel, composé d’une certaine littéralité (faire la chose, sans effet de style, platement) et de défiance (je n’en pense pas moins). L’effet produit peut aller de la stupeur (voir le galeriste de Buren déplier devant vous une toile et la tenir le temps que vous la regardiez sous toutes ses coutures), du rire, de l’agacement ou une vraie bonne suspension interrogative.
L’absence de style n’existe pas, c’est pourquoi il faut bien parler de "style conceptuel". Ainsi, proche des chaises de Kosuth, nous pouvions trouver en 2000 le corps de Michael Daines à vendre sur eBay. Ce qui a fait rentrer ce travail dans l’histoire des arts numériques est sa précocité (on a depuis vendu des reins, des enfants et bien d’autres choses sur interner) et sa mise en forme impeccable stylistiquement : on a bien là du pur conceptuel, avec déni et platitude de la photographie (noir et blanc, flash plat) et un cadrage bien senti, présentant ce fameux corps vendu, décrit comme « overall good condition with minor imperfections ».
Citons le "regardez-moi - Cela suffit" de Ben, l’ordinateur completement accessible depuis le net des 01’s, On Kawara et l’ensemble de sa production.

TRUE : Activisme soft des nouveaux médias

Le mail d’information, de pétition, de demande d’aide, est une forme d’activisme soft, qui confine parfois au spam voire au hoax. La demande nous est faite quotidiennement de relayer ces mails à tout notre carnet, de signer des pétitions. Peu engageante, peu romantique, peu excitante, cette forme de militantisme est pourtant souvent le fait de personnes tout à fait bien intentionnées. Mais se voir transformer en spambot n’est pas la perspective la plus engageante.
Le mail art, qui a précédé le mail virtuel, a produit des choses très poétique et très drôles. On en retrouve dans nos boites, mais avec le charme du papier en moins et la viralité en plus. Là où le mail art jouait de la physicalité des objets transportés (matériaux improbables, format inransportables, fragilité) et du médium "poste" (utiliser le facteur lui-même comme un performeur malgré lui) et son décalage produit par la distance à parcourir, le electronic mail art doit trouver d’autres stratégie. Les antispam ont vite fait de vous jeter aux oubliettes avec les marchands de viagra.
Le site de Laurent d’Ursel, qui a une activité de art web mail

TRUE - Activisme high tech

L’électronique couplée à l’informatique permet des développements dont la seule limite semble l’imagination. Mais bien souvent la haute capacité technologique demandée fait que les seuls projets qui nous arrivent sont le fruit de laboratoires au service du commerce : activation de sa baignoire par téléphone portable, détecteurs de mouvements au fond des piscines, etc. Il arrive pourtant que des groupes débloquent ces technologies pour les mettre au services d’un contre-pouvoir, que le pouvoir soit considéré être l’état ou les grandes sociétés commerciales.
Exemple : les gms qui appelle la hotline "nuisances sonores" de manière automatique grâce à un dispositif de téléphone + micro caché dans des faux fruits...

FALSE - Activisme low tech

Agir sur les signes dominants par le biais du détournement est un moyen efficace et low tech de produire de l’impact. Plus le symbole de pouvoir est fort, plus l’attaque sera percutante. Le "skulling" par exemple est particulièrement efficace sur des affiches située en hauteur, là où elle ont précisement été placée pour être hors de portée.

L’artiste français Zeus utilise le bombage et d’autres pratiques illégales à des fins esthético-activistes, utilisant par exemples la coulée pour salir les grandes marques là où elles s’affichent avec arrogance.

Printable cold sores dans un genre encore plus discret, permet de mettre des herpes aux mannequins des abribus : un pdf à imprimer sur autocollants et à découper pour ornementer les bouches en toute discrétion.

Naomi Klein parle dans son livre "lo logo" du "skulling", forme simple d’attaque de marque, consistant à noircir yeux et nez des affiches, transformant les mannequins en tête de mort.

FALSE - Warning the world

Utiliser le faux pour démontrer un danger est ce que font les 01’s dans leur oeuvre quasi inaugurale, dans laquelle un artiste (et son oeuvre) sont inventés de toutes pièces, utilisés pour créer une mobilisation.

Le cas des Yes Men appartient à l’histoire officielle maintenant : leurs interventions dans des séminaires sur des sujets très sérieux de commerce international et de management, en faux représentants de l’OMC, leur campagne anti-Bush hilarante (bottes texanes, stetson blanc et penis-pistolet à essence) et leur déguisement pseudo high-tech aux forts accents homo-militants en ont fait les faussaires les plus glam’ des arts numériques. Mais d’autres exemples existent, de Isolatr (le faux site qui vous permet de trouver un endroit ou enfin être seul) à ad generator, qui nous montre à quel point est vide de sens l’association publicitaire image-baseline.
Voir le site de "survival ball"

Potential estate est un projet collectif dont un des travaux vus à la Biennale de Bruxelles est un film "The Crying of Potential Estate", montrant une performance dans laquelle une oeuvre d’art est vendue à la criée pièce par pièce.
http://potentialestate.org

Voir aussi : Useless account

TRUE - Clarifier l’information

Rendre les gens plus responsable de leurs choix, parier que l’homme devient meilleur (ou la société plus juste) lorsqu’il sera mieux informé est un crédo moderniste issu du siècle des lumières, probablement. Internet a grandi dans les années 90’ dans une foi hystérique en sa capacité à rapprocher l’homme, à faire dialoguer la planète, à apporter l’information à chacun. Wikipedia est une des manifestations de ce credo, mais des artistes ont fait de ce même crédo un moteur riche. Citons evidemment des gens comme Hans Haacke,
Wikipedia - Josh On - out of the box
Le site infosthetics.com, orienté sur la visualisation de données.

FALSE - Faire ce qui ne peut être fait

Le "Caligula" de Vidal est un trailer de film grand public parlant avec violence de l’antiquité : trahison, sexualité déviante, complots, etc. Un film impossible dont on a une bande de lancement plus vraie que nature : grands acteurs, décors somptueux, stylisation, voix off gutturale.

TRUE - Casser les copyrights

Les 01’s donnent avec leur série de clones de site une version artistique d’un phénomène mondial et ingérable : le partage libre d’information. Là ou des millions de personnes téléchargent des films justes sortis et des albums à peine dans les bacs dans une insouciance consumériste qui n’est que le prolongement anarchique de la logique de la circulation des marchandises, les 01’s ont tenté de donner une portée politique au geste. En proposant une version "hackée" du site hell.com, qui se voulait ouvert aux seuls artistes élus par exemple, ils dénonçaient l’élitisme fat d’un groupe d’artistes.
Sherrie Levine After Walker Evans / After Sherrie Levine est un projet similaire dans le champ artistique encore, posant la question du copyright et poussant jusqu’au vertige les logiques d’annexions en art.

TRUE - Ouvrir les sources

Le logiciel libre est un forme d’activisme plus astreignante qu’il n’y parait. Il ne s’agit pas simplement ici de jeter quelque chose que l’on a produit tel quel, mais aussi de documenter, de se rendre disponible pour répondre au demandes de clarification et débugguer au besoin, de suivre une roadmap, de collaborer, traduire, etc. Une aventure complète, généralement militante. Plus que jamais ici, le médium est le message.

L’open source se trouve partout où il y a de la création numérique, qu’elle soit code ou contenu. De la recette de cuisine au logiciel 3D Blender, du thème Wordpress à la vidéo sur archive.org. Ajouter sa pierre à l’édifice des contenus accessibles librement est une pratique importante, riche en enseignement.
Linux, Ubuntu, licence GPL, Creative commons. Thèmes et plugins pour CMS, logiciels, maps, etc.

TRUE - Participer

Collaborer à des collectifs, ajouter sa pierre à l’édifice est un moyen simple pour faire gonfler utilement le nombre de pages disponibles sur le net. Wikipedia à nouveau, mais aussi les blogs, les forums d’entraide, les sites autour de produits payants ou open source, bref les communautés au sens contemporain du terme, constellations virtuelles autour de produits précis, se multiplient sur le net.
GP2X, Learn to love you more

FALSE - Augmenter le ranking

Jouer avec google comme on joue au chat et à la souris, lui faire cracher le ranking est un sport payant sur le net. Les stratégies se multiplient

FALSE - Charger les bots

Les bots sont des programmes qui ont des tâches précises. Dans les jeux vidéos, ils simulent des adversaires. Les chatbots répondent à vos demandes en faisant croire à un interlocuteur vivant, d’autres spamment vos boites aux lettres, déposent des pubs sur vos forums, créent des blogs aux contenus copiés. Tous créent une activité simulant une activité humaine de manière plus ou moins honnête. Le hacking n’est pas loin.

TRUE - la pure présence de Magibon

Pur phénomène Youtube, cette jeune fille à l’age inidentifiable, aux motivations troubles, a posté un soixantaine de vidéos dans lesquelles elle pose souriante, face caméra, roulant les yeux et souriant tel un personnage fantasmatique de manga, suivant un protocole quasi inchangé sur trois ans. La quasi absence de parole et l’absolue absence de "discours" ont ajouté le mystère à la plastique de cette jeune fille pour en faire un des "phénomènes internet" de la génération youtube.
"Regardez-moi, cela suffit" écrivait Ben sur un panneau lors d’une de ses performances en public, début des années 60’. Magibon en est une des versions numériques, la pancarte en moins.
Le stream de Magibon

FALSE : la démo ironique

Vincent Broquaire est un jeune artiste français. Comme tout un chacun, il connait les outils du citadin branché : smartphone a écran tactile, outils intuitifs, et ajouté à ses connaissances quelques mots branchés en usages dans les arts numériques : logiciels, processing, préchargement, etc. Il réalise avec le tout et un dessin minimal la démo d’un logiciel qu’il prétend avoir conçu. Le tout est hilarant et parfois indécidable.

Le site de Vincent Broquaire.