"Bios, the Bible Scribe", Robotlab, 2007

The bible scribe [Bios] (pour "basic input output system") est une pièce fonctionnant sur le contraste entre inhumanité et anthropomorphisme. Le robot est un bras et se comporte comme tel, écrivant lentement et minutieusement en écriture gothique un texte fondateur de la culture occidentale.

Précédent | 3/23 | Suivant

The bible scribe, comme son nom l’indique, est un scribe qui écrit la bible. Cette action est chargée d’un fort pathos et associée à une image caricaturale : celle du moine bedonnant en chasuble brune, enluminant une bible, permettant au savoir de traverser un moyen-age obscurantiste et dangereux. Sauf qu’ici le scribe est un bras robotique industriel orange, et que son temps d’exécution est calculable : il mettra 7 mois pour écrire l’ancien testament et les livres de Moïse.

Bios (pour "basic input output system") est une pièce fonctionnant sur le contraste entre inhumanité et anthropomorphisme. Le robot est un bras et se comporte comme tel, écrivant lentement et minutieusement en écriture gothique un texte fondateur de la culture occidentale. Depuis la pointe du porte-plume en contact avec le papier jusqu’à la large base du robot, les mouvements appliqués et lents de l’écriture communiquent à cet enchâssement de formes cylindriques une forme de vie et de sagesse, qui produit sur le spectateur un trouble émotionnel et une expérience esthétique proche de l’animisme.

La force de la pièce tient bel et bien dans sa haute technicité, la sensation de force induite par la masse, et de maitrise qui émane des gestes de la machine, en particulier de sa plume, à chaque fois posée avec la pression exacte. Son silence, ses courtes pauses évoquent des qualités humaines : la concentration, le recueillement, la solennité.

Une anecdote rapporte que Marcel Duchamp, lors d’une exposition aéronautique, montra à Fernand Léger et Constantin Brancusi une hélice et demanda "Qui pourrait mieux faire que cette hélice ?", révélant une des clés de lecture du ready-made : une révérence au design industriel, avec lequel les artistes ne peuvent rivaliser dans la précision des formes. Ironiquement, "Kuka", le bras robotique, est très proche d’un Brancusi avec sa base brute boulonnée au sol s’affinant et gagnant en précision au fur et à mesure que l’on s’élève.

Le bras, prélevé du monde industriel et isolé dans des lieux prestigieux, devient sculpture, et son orange vif, ses courbes parfaites, ses mouvements accompagnés d’un bruit discret des rouages hélicoïdaux, rivalise dans peine avec l’esthétique du musée.

Revenant à l’écriture dans une époque dominée par le tapuscrit, Bible scribe nous murmure la question "Et si les machines étaient les meilleurs protecteurs de la culture ?".

The Bible Scribe fait partie d’une série de travaux autour de la relation homme/machine réalisés par robotlab, créé par Matthias Gommel, Martina Haitz and Jan Zappe, avec le soutine du ZKM (Zentrum für Kunst und Medientechnologie).